Les Alpilles

Lionel Roux / Office de Tourisme d'Arles
Les paysages caractéristiques des Alpilles qui se composent de haies de cyprès, de champs d'oliviers, de vignes, de garrigues, de "mazets" (petit mas fermier de type provençal), de chapelles romanesques, d'amandiers, etc offrent une palette de couleurs resplendissantes en toutes saisons.

La merveilleuse alchimie entre les éléments naturels et la présence séculaire de l'Homme a permit de façonner les paysages si particuliers des Alpilles. Le Parc Naturel Régional des Alpilles a contribué depuis son classement en 2007 à préserver et promouvoir cet héritage naturel, culturel et humain.

Les Alpilles concentrent beaucoup d'anciennes traditions. Ce territoire est souvent assimilé aux prestigieux sites des Baux-de-Provence et de Saint-Rémy-de-Provence. C'est en les visitant que l'on comprend immédiatement comment ces deux joyaux ont gagné leur réputation en captivant l'attention grâce à leur magnifique héritage ! Ne vous en arrêtez pas là et partez découvrir l'intégralité des Alpilles, le voyage en vaut le coup d'oeil et vous permet d'apprécier la richesse d'un milieu hautement préservé. Les villages pittoresques y dégagent des atmosphères uniques et l'architecture vous révèlera plus de 4 000 ans de civilisation. Ceux sont plus de 110 monuments qui sont répertoriés et/ou classés. Quelques sites à la renommée internationale comme Glanum, l'Oppidum des Caisses de Jean-Jean, les aqueducs et moulins de Barbegal, l'Hypogeum de Fontvieille font partie des sites archéologiques et naturels majeurs qu'il vous faudra découvrir. Les amoureux d'Histoire, de culture et d'archéologie y découvriront de nombreux lieux d'intérêt avec l'abondance de ruines qui jonchent tout le parc des Alpilles.

L'héritage rural est également très important. Les mas provençaux, les oratoires et les chapelles témoignent d'un mode de vie venant d'une tradition rurale profonde. La richesse biologique y est directement liée. Elle est le résultat de conditions naturelles adéquates. Avec 30 000 hectares d'espaces naturels où prédomine le chevauchement des champs de l'agriculture non intensive, le massif contient une gamme d'habitat jamais-vu, où les zones humides (canaux, mares temporaires, etc) longent les terres sèches des collines. Toutes ces zones accueillent une diversité animalière et végétale d'exception, dont certaines espaces sont rares, menacées d'extinction ou endémiques. Localisées au sommet du triangle d'or duquel s'ajoute la Crau et la Camargue, les Alpilles sont composées de merveilleux paysages de découverte pour les amoureux de la nature.

Avec plus de 120 espèces d'oiseaux en nidification, le massif est l'un des cinq plus importants conservatoires d'oiseaux de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les visiteurs peuvent profiter d'une expérience de haute qualité avec toute une diversité d'hébergements, allant des gîtes de charme, chambres d'hôtes aux campings familiaux et hôtels de luxe. La plupart des établissement sont de taille modérée et beaucoup de restaurants locaux vous proposeront une cuisine du terroire à base de produits locaux.

Dans les Alpilles, nombreux sont les producteurs qui prendront plaisir à vous faire découvrir leur activité, appréhender l'histoire des produits locaux, comme le fromage de chèvre, le miel, les jus de fruits. Il ne faut pas oublier les produits AOP de la Vallée des Baux-de-Provence à base d'olive, qui incluent l'huile d'olive faite d'olives vertes ou noires, la tapenade ou les olives "cassées" avec du fenouil.

Les Alpilles attirent également les adeptes des activités de pleine nature comme la randonnée, l'équitation, le VTT, l'escalade et le parapente. Cette région est rendue accueillante par son patrimoine naturel, et afin que ceci reste inchangé, le Parc Naturel Régional des Alpilles soutient le développement du tourisme responsable, tout particulièrement en aidant les professionnels du tourisme à développer une activité durable.

Les circuits du territoire

Sentiers de découverte et jardins botaniques du Pays d'Arles

En voiture
- 182.23 km - 04h34m
Provence pays d'Arles propose une quinzaine de sentiers d'interprétation et de jardins botaniques formant autant de parcours de découverte de la faune et la flore de Provence, de Camargue, des Alpilles et de la Crau. En raison de la richesse de ses milieux le Pays d'Arles à cette particularité d'accueillir à quelques kilomètres d'écart les parcs naturels régionaux des Alpilles et de la Camargue et la réserve naturelle de la Crau, dernière steppe d'Europe occidentale.
  • (1)
  • 0 Commentaires

Ma sélection de recherche

Activités de pleine nature (36)

Pages

Art and culture (38)

Pages

Pratique (36)

Pages

Restauration et cafés (139)

Pages

Sports et loisirs (12)

Pages

Patrimoine (114)

  • Chapelle Saint Jean du Grès

    Chapelle Saint Jean du Grès - Patrimoine

    Petit patrimoine - Chapelle
    • (5)
    • (0)

    Édifice d’origine romane : seule l’abside en est conservée. En 1096, les moines de Montmajour en prennent possession. Il servira d’église paroissiale jusqu’en 1768, date à laquelle on consacre Saint-Pierre-ès-Liens. La chapelle fait l’objet d’une procession le 24 juin (rétablie depuis 1964). Actuellement, elle sert de cadre à diverses manifestations culturelles.

    Ajouter à mon circuit
  • Eglise Saint Laurent

    Eglise Saint Laurent - Patrimoine

    Édifices religieux - Eglise
    • (0)
    • (0)

    La nouvelle église Saint Laurent date du XXe siècle et est de style néo-roman. Par contre, l'ancienne église Saint Laurent, de style roman (XIIe siècle), a vu son clocher détruit à la Révolution puis reconstruit sous le Second Empire. L'annexe basse construite dans le prolongement de l'église date du XIIIe siècle.

    Ajouter à mon circuit
  • Fontaine des Quatre Saisons

    Fontaine des Quatre Saisons - Patrimoine

    Petit patrimoine - Fontaine
    • (0)
    • (0)

    Construite vers 1869, elle est un chef-d'oeuvre inattendu pour un village qui ne comptait alors que mille huit cents habitants. A l'origine, elle faisait fonction de fontaine publique puis est devenue de nos jours un point de rafraichissement pour les yeux avec ses jeux d'ombres et de lumières.

    Ajouter à mon circuit
  • Eglise Saint Jacques

    Eglise Saint Jacques - Patrimoine

    Édifices religieux - Eglise
    • (4)
    • (0)

    L'édifice du XVIIIème est situé sur l'emplacement d'une chapelle médiévale placée sous le même vocable: cette dernière, menaçait ruine et était par ailleurs de dimensions trop exigûes.En 1740, on confia donc la construction d'une nouvelle église au maitre tarasconnais Antoine Damour, d'après des plans de l'architecte Jean-Baptiste Franque à qui l'on doit le système de voussure. La façade, de style classique, est réalisée en pierre de Beaucaire. Description architecturale:

    Ajouter à mon circuit
  • Chapelle Saint-Roch

    Chapelle Saint-Roch - Patrimoine

    Petit patrimoine - Chapelle
    • (0)
    • (0)

    La chapelle Saint-Roch se situe sur la colline Mont-Sauvy. Pour vous y rendre à partir de l’Office Municipal de Tourisme, traverser la D7n, tourner à droite au début du chemin de la Mine et, au tout début du chemin des Piellettes, remonter le sentier empierré de Saint-Roch. La Chapelle Saint-Roch se trouve sur le site boisé de Mont Sauvy. La croix que vous avez dépassée a été dressée en 1803 pour témoigner du renouveau religieux qui a succédé à la révolution.

    Ajouter à mon circuit
  • Le Panoramique

    Le Panoramique - Patrimoine

    Châteaux, domaines, remparts - Immeuble
    • (0)
    • (0)

    Le Panoramique est le nom qui a été attribué, dès son inauguration en octobre 1964 ,au centre civique édifié entre 1962 et 1964 par les architectes Marcel et Pierre Guesnot, à l'initiative de la municipalité. Le centre civique, prévu dans le plan de reconstruction et d'aménagement par Pierre Vago, doit symboliser la renaissance de la ville après la seconde guerre mondiale, en constituant la "tête de pont", véritable porte symbolique et monumentale faisant face à Beaucaire et au Languedoc.

    Ajouter à mon circuit
  • Porte St Jean

    Porte St Jean - Patrimoine

    Petit patrimoine - Porte
    • (6)
    • (0)

    Date du XIV° siècle.Munie pour les besoins de défense, de créneaux et de barbacanes, elle tenait son nom de la chapelle St Jean Baptiste située dans son voisinage. La superbe Vierge dorée fut installée en 1866,avec l'inscription: "posuerunt me custodem", ce qui se traduit par "Ils (les tarasconnais) m'établirent leur gardienne". Depuis 1930 la porte est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques

    Ajouter à mon circuit
  • Ilot Post Tenebras Lux

    Ilot Post Tenebras Lux - Patrimoine

    Édifices religieux - Monument divers
    • (4)
    • (0)

    Face à la majestueuse façade de l'Hôtel de Manville se trouvait une importante demeure datée de 1571 (dit logis de Brisson-Peyre) dont il ne reste pour vestiges qu'une fenêtre à croisée dont l'entablement porte l'inscription calviniste « Post Tenebras Lux 1571 » (« Après les Ténèbres la Lumière »). Cette affirmation de la foi protestante peut laisser supposer l'existence d'un oratoire du culte réformé. Les adeptes de la religion réformée étaient en effet nombreux aux Baux grâce à la tolérance du baron des Baux de l’époque, Honoré des Martins.

    Ajouter à mon circuit
  • Chapelle Notre-Dame de Beauregard

    Chapelle Notre-Dame de Beauregard - Patrimoine

    Petit patrimoine - Chapelle
    • (0)
    • (0)

    Cet ancien oppidum celto-ligure fut un centre religieux bien avant l’ère chrétienne, comme en témoignent les nombreux vestiges de cultes tels que les autels gallo-romains exposés aujourd’hui au musée lapidaire d’Avignon. Ils honoraient des divinités gréco-romaines.

    Ajouter à mon circuit
  • Chapelle des Pénitents Blancs

    Chapelle des Pénitents Blancs - Patrimoine

    Petit patrimoine - Chapelle
    • (3)
    • (0)

    Sur la place de l'église ombragée de cyprès, en bordure de la falaise dominant le vallon de la Fontaine, une confrérie laïque de pénitents fit construire cette chapelle au milieu du XVIIème siècle. Elle devait accueillir dans ses caveaux souterrains les corps des membres de la confrérie. Elle fut relevée de ses ruines en 1937 par cette maintenance des Confréries de Langue d'Oc. Elle fut alors dédiée à sainte Estelle, chargée de veiller sur le souvenir des anciens pénitents des Baux et patronne du Félibrige.

    Ajouter à mon circuit

Pages